• COUPE DE TOULOUSE

    Après un bon festival de Biarritz (coupe des Basques) où je dois ma sixième place finale à une bulle sur un scrabble alors que j’aurais pu et dû assurer un sous-top à -3, après une bonne qualif interclubs à -12 sur les 3 parties, je jouais ce week-end pascal la coupe de Toulouse, dans la salle Léo-Lagrange (photo), 5 parties en duplex avec la coupe de Bruxelles (où est décerné le titre de champion de Belgique). Voici un petit résumé de mes 5 parties.

    Partie 1 : elle commence sur un bon rythme avec 3 coups à 50 pts, puis un à 49. Deux scrabbles seulement : DODINÉES en triple gagne des points sur le scrabble sec DIONÉES ou DÉNOIES, puis (C)HOUINA est un peu mieux que HOUAI(E)NT. On doit se contenter de GRAPHES à 42 : pas de M pour GRAPHÈME, ni de N pour GRAPHÈNE ! Je perds deux points en tout, 1 sur NEBKA (je parviens quand même à sauver le sous-top sur le tard avec BEATNIK) et 1 sur MANIQUE (DAMNAME(S) sur le triple à 33). Heureusement sur le final on n’avait pas toutes les lettres en main pour prolonger GRAPHES en FLUVIOGRAPHES, qui aurait été synonyme d’hécatombe (87 points !). La partie est gagnée au top par Florian Lévy devant Frédéric Troubat à - 1. Je partage la troisième place avec Sylvie Guillemard.

    Partie 2 : 4 scrabbles cette fois, le plus sélectif étant CIGARIER qui sera raté par de nombreux joueurs parmi ceux occupant les premières places. A noter aussi un classique, ENNUIERA (anagramme ANEURINE), qu’il était fort "ennuyeux" de louper. Il fallait penser au benjamin VERTUEUSE ainsi qu’au fameux OM qui permettait d’ajuster une MAILLE à 27 points. C’est un autre mot nouveau qui me coûte mes trois points de la partie : il fallait penser à rajouter un H final à DA pour jouer EUH à 29 pts (je joue HEUR pour 26). La partie est "topée" par deux joueurs : Sylvie Guillemard et encore une fois Florian Lévy, qui conforte donc sa position de leader. A 5 points du top après deux parties, je reste bon troisième.

    Partie 3 : Après des YETIS en ouverture à 48, on entre tout de suite dans le vif du sujet avec le pluriel BLOUSSES sur le triple à 83 pts. Sur ce même B, on joue B(L)ONDEUR en A8 pour 86 pts. Mais deux coups après survenait "le" scrabble du tournoi : avec AIGREUR/AGUERRI/GUÉRIRA en main, il fallait partir d’un S de BLOUSSES pour ajuster SURRÉAGI (verbe nouveau de l’ODS 6). Un coup que je vois très vite car je connais le tirage. Ce scrabble est le seul qui passe… raté par la quasi-totalité des joueurs du centre, je prends sur ce coup la tête de la coupe de Toulouse. Deux autres scrabbles à ne pas louper ensuite : REMPIÈTE sur un E qui bat de quelques points IMPÉTRE en sec, et FRÉT(I)LLA, scrabble unique. Je laisse sept points sur la partie : 6 sur ONDE en collante, le D faisant au passage UD (ah ces raccords nouveaux…) et 1 sur JASS à 30 pts (JUS à 29). Je remporte cette manche, et après trois parties je suis donc à 12 points du top (comme aux interclubs quinze jours avant) et possède désormais une bonne avance sur mes poursuivants. Mais il reste encore les deux manches en deux minutes…

    Partie 4 : Est-ce la pression inhérente à la table 1, ou le changement de rythme de trois en deux minutes par coup que j’ai du mal à gérer ? Toujours est-il que cette partie fut compliquée pour moi. Je peux dire que j'y ai bégayé mon scrabble... une manche certes assez technique, mais avec des coups pas insurmontables pour la plupart, je rate la bagatelle de 5 tops ! Les scrabbles n’étaient pas trop durs (BUCRANES et HILOIRES nécessitaient juste un minimum de vocabulaire, ne pas oublier le A sur la grille pour jouer APEURANT). Je laisse donc tout d’abord 8 points sur ÉMYDES avec un tirage (DEEHISY) sur lequel je ne pouvais concevoir un top sans le H. Je me contente d’un sous-sous-top à 73 (HYÈNES, qui rajoute un E à PÉKIN déjà placé; deux points de moins que HYDNES à la même place). Je vois trop tard ZANI dont le I transforme AN en ANI : - 5. Je ne pense pas à intercaler un B entre un I et un N posés sur la grille : il fallait jouer BOUDI (interjection de chez moi !) quand je me contente à la même place d’un DOUM à - 4 (le O formant ION). Pas de regret sur le très difficile SEGHI(A) sur le triple à 39 (H(A)LLES à -6), par contre j’aurais pu m’éviter de laisser encore 4 points sur un coup à 15 points vu à la deuxième sonnerie, où il fallait rajouter un R à MÉGOTE pour former RIF : - 4 ! Total de mon débours à l’issue de cette partie éprouvante (surtout dans le final) : - 27. Derrière moi, Florian ne fait guère mieux, il rate 6 tops et perd 25 points. Cette manche difficile est remportée par Franck Maniquant à -10.

    Partie 5 : On commence sur les chapeaux de roue avec un ZINGARO à 104 pts.  Ensuite, il ne fallait pas péter un FUSIBLE sur le quadruple (48 pts) ni se louper sur ÉONS en collante en O1 pour 55 points. Quelques classiques à lettres chères comme KAGOU à 50 pts ou TARIQA à 41. Une partie agréable avec pas mal d’ouvertures et de possibilités de rallonges de tous les côtés. Outre le ZINGARO servi en entrée, un seul autre scrabble dans cette partie… au 18ème coup : "au choix"... ÉCHOIENT sur un E ou CHOIENT sec, tous les deux à 82 pts. Je perds un seul point, sur NUIRE en collante à 28 : en voulant absolument travailler avec le H présent dans le tirage, je me contente à la même place de HEIN à 27 pts. Franck Maniquant tope la partie et bénéficie d’une erreur (ou plutôt d’un défaut) de "pastillage de joker" de Florian - qui lui coûte une bulle sur LABIUM à 22 pts - pour prendre finalement la deuxième place du tournoi, que je termine en tête à - 40 sur les cinq parties (pour un top de 4701 pts).

    Vainqueur de la coupe de Toulouse, je dois cependant laisser la victoire dans le tournoi en duplex au toujours aussi brillant Christian Pierre, qui ajoute un nouveau titre de champion de Belgique à sa collection en terminant à seulement 15 points du top. Au final je termine deuxième, devançant d’une courte tête deux "bruxellois", le français Marc Bruyère et le belge Louis Eggermont qui se partagent la troisième marche du podium à - 47, Louis devenant pour le coup vice-champion en son pays.  Un autre joueur belge, Philippe Ruche, termine cinquième, à peine 5 points derrière malgré un zéro dans la première partie. Mes deux dauphins de Toulouse, Franck et Florian, arrivent juste derrière, respectivement 6ème et 7ème.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :