• Le datura est une plante des régions chaudes et tempérées de la famille des solanacées (au même titre que la pomme de terre, l'aubergine ou la tomate). Mais contrairement à ces dernières, et outre son aspect ornemental, il s'agit d'une plante très toxique, voire mortelle. Le datura, originaire de l'Inde, contient des alcaloïdes qui ont de redoutables effets hallucinogènes, et pour cette raison son usage est largement répandu dans certaines sectes. Le plus connu est le datura stramoine (photo ci-dessus) qui peuple les rivages méditerranéens. Ses fruits ont la forme d'une grosse capsule ovale et épineuse.

    Le mot nous vient de l'hindi dhatura, par l'intermédiaire du portugais.

    Pour les scrabbleurs, il possède une anagramme : TARAUD.


    votre commentaire
  • Le pouliot est une variété de menthe que l'on trouve communément en Europe, mais aussi en Asie occidentale et en Afrique du Nord. Cette plante aromatique de la famille des lamiacées adore les lieux humides et elle est utilisée non seulement pour ses propriétés aromatiques mais aussi, en infusion, pour ses vertus antispasmodiques et stimulantes. Le mot, apparu au XVème siècle et d'abord orthographié polliot, vient de l'ancien français poliol, lui-même dérivé du latin puleium.

    Mais le mot pouliot a aussi une autre signification, tout à fait différente : il désigne un petit treuil fixé à l'arrière d'une charrette, sur lequel on enroule la corde pendant le chargement. Dans cette acception, le mot est dérivé de poulie (qui nous vient du latin populaire polidium, mot qui est lui-même dérivé du grec polos "pivot").

    Pour les scrabbleurs, il faut savoir que POULIOT est l'anagramme de LOUPIOT, et qu'il permet de scrabbler (entre autres) sur un L avec POUILLOT (passereau voisin de la fauvette).


    votre commentaire
  •  

    Le talipot ou tallipot est un palmier à larges feuilles en éventail, originaire du sud de l'Inde et de la Chine. Son nom scientifique n'est autre que corypha umbraculifera; une espèce nommée "talipot du Bengale" est aussi connue sous le nom de borassus (ou borasse). Cet arbre de la famille des arécacées qui peut atteindre 25 m de haut, ne fleurit qu'une seule fois, en fin de vie. Le mot nous vient du sanskrit talapattra, de tala, "palmier" et pattra "feuille", emprunt du malayalam talipat (talpat en hindi).

    Ce mot qui accepte deux orthographes est intéressant pour le scrabbleur. Si tallipot ne possède pas d'anagramme, en revanche talipot en a une au singulier (pilotât) et une autre au pluriel (pistolât).

     


    votre commentaire
  • Le paxille est un champignon charnu, de couleur brun ocre, qui croît abondamment sous les conifères, bouleaux et peupliers. Son chapeau est fortement enroulé à la marge et ses lamelles, très serrées, sont facilement détachables. L'espèce la plus courante est le paxille enroulé (paxillus involutus).Ce champignon est fortement toxique : vénéneux à l'état cru, sa consommation est vivement déconseillée car chez certains sujets elle peut entraîner de fortes réactions allergiques. Le mot vient du latin paxillus "pieu, piquet". Intéressant pour les scrabbleurs, ce vocable vient d'entrer dans la dernière édition de l'ODS.


    votre commentaire
  • L'ageratum ou agérate est une plante composée à fleurs généralement bleues, très employée dans les jardins notamment comme bordures. Originaire du Mexique et de l'Amérique du Sud, cette plante herbacée peut mesurer selon les espèces de 15 cm à 1 mètre de hauteur. L'ageratum aime le soleil mais craint la sécheresse comme l'excès d'humidité. Le mot, latin, vient cependant du grec agêraton, "impérissable" (a privatif + geras "vieillesse"), en raison de la floraison particulièrement abondante et durable de cette plante. Pour le scrabbleur, AGERATUM est l'anagramme de MAUGREAT, AGERATE celle de ETAGERA.


    votre commentaire
  •  

    La lécanore est un lichen commun sur les pierres et les écorces. Une espèce, répandue en ville, forme une croûte qui adhére fortement sur les murs. Une autre a reçu le surnom de "lichen migrateur" car son thalle (appareil végétatif) peut être transporté et accumulé par les vents. Le mot vient du grec lekanê "bassin", à cause de la forme des apothécies (leurs organes reproducteurs...). Pour les scrabbleurs ce mot est un classique, car c'est l'anagramme de OLECRANE (apophyse du cubitus formant le coude).


    votre commentaire
  •  

    Le borassus (ou borasse) est un palmier de grande taille (pouvant atteindre 30 m de haut) de la famille des arécacées, que l'on trouve en Asie et en Afrique tropicale. On en tire le sirupeux "vin de palme" ainsi qu'un sucre extrait de sa sève. Ses bourgeons sont également comestibles (coeurs de palmier). Une des espèces, borassus flabellifer, s'appelle aussi rônier (ou rondier). Son bois, dur et résistant, est utilisé pour confectionner divers objets ou instruments. Le mot nous vient du grec borassos, "datte".

    Si BORASSUS n'a pas d'anagramme pour les scrabbleurs, BORASSE en compte trois : BOSSERA, ROBASSE et SORABES (sorabe : d'un peuple slave).


    1 commentaire
  • L'azolla est une petite fougère aquatique flottante. D'origine sud-américaine, on en trouve maintenant un peu partout, elle a même été naturalisée par exemple dans les mares et les eaux stagnantes de l'ouest de la France. Elle se propage de façon très rapide et peut devenir envahissante au point d'empêcher la lumière du soleil de s'infiltrer dans l'eau. Une cyanobactérie lui permet de bien fixer l'azote, c'est pourquoi elle est utilisée comme engrais dans les rizières. Ce mot peut faire très, très mal au scrabble... imaginez le tirage AALLOSZ au premier coup d'une partie : ceux qui ne connaissent pas cette fougère devront se contenter de 12 points et en perdront 90 !

     

    Solutions des séquences improbables du 21 mai :

    1) EMBONPOINT      

    2) LANDTAG  (assemblée délibérante dans les pays germaniques

    3) DINGBAT  (devinette visuelle)

    4) SPRINGBOK   (antilope d'Afrique du Sud)

    5) BECFIGUE  (passereau du Midi)

    6) CRAMCRAM  (graminée épineuse)

    7) SWEATSHIRT

    8) CONTINUUM  (en physique, ensemble d'éléments homogènes)

    9) UMLAUT   (signe diacritique de la langue allemande)

    10) ECBALLIUM   (plante des terrains vagues)


    votre commentaire
  • Le fustet (cotinus en latin) est un arbrisseau vivace à houppes plumeuses, également appelé "arbre à perruques". Il s'agit d'une sorte de sumac, originaire de Chine ou du sud de l'Europe selon les variétés. Ses feuilles sont rondes et il produit de jolies fleurs roses durant l'été. Le fustet n'est pas seulement une plante ornementale; de son bois jaunâtre est tirée la fustine, qui est utilisée en teinturerie. Le mot nous vient de l'arabe fustuq, "pistachier".

    Au pluriel il permet de fomer de former un mot de sept lettres qui peut s'avérer utile au scrabbleur, d'autant plus qu'il ne possède pas d'anagramme. En revanche FUSTINE en a une : SUIFENT (du verbe suifer ou suiffer).


    votre commentaire
  • Nous y voilà... ce joli mois de mai, c'est bien sûr celui du muguet ... Combien de brins de ces belles liliacées vont-ils être vendus aujourd'hui sur le bord des routes ? Mais savez-vous que ce mot, qui nous est parvenu vers 1200, d'abord sous la forme musguet, vient de l'ancien français muguette, altération de muscade, en raison du parfum de la fleur ? Si l'on veut remonter plus loin, il faut savoir que muscade est emprunté à l'ancien provençal muscada "noix musquée", dérivé de musc, lui-même emprunté au bas latin muscus, désignant à l'origine un cervidé proche du chevrotin secrétant cette substance très odorante à laquelle il a donné son nom; mais l'origine de muscus est encore plus lointaine, puisque ce mot est lui-même un emprunt au sanskrit musk...

    Le muguet ne désigne pourtant pas seulement ces grappes de jolies fleurs blanches en clochettes, mais aussi quelque chose de moins ragoûtant : une inflammation de la muqueuse buccale due à une levure blanche (candida albicans). Enfin, saluons tout de même l'arrivée dans la dernière édition de l'Officiel du Scrabble du joli verbe mugueter, que l'on n'emploie hélas plus guère aujourd'hui mais qui était en vogue au 16e siècle. Ce verbe (intransitif à l'origine) signifiait "faire le galant". Cependant l'ODS le désigne comme transitif, dans le sens voisin de "courtiser". Notre jeu va-t-il le faire revivre ?

    Je souhaite à tous un excellent premier mai.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique