• MOTS POPULAIRES ET ORTHOGRAPHES MULTIPLES

    Les mots familiers, populaires ou argotiques ont pris une place de plus en plus importante dans nos dictionnaires, et par voie de conséquence dans l' ODS qui sert de référence au scrabble. Ces mots, qui appartiennent plus spécialement au domaine du langage parlé, n'ont bien souvent, de ce fait, pas d'orthographe précise et indiscutable; dès lors on en arrive à leur en attribuer plusieurs ! C'est ainsi que certains de ces vocables comptent deux, trois voire quatre orthographes différentes. Cela peut créer des confusions dans l'esprit des scrabbleurs qui hésiteront à jouer un mot, ne sachant plus si l'orthographe qui se présente à eux est valable ou non. Parmi tous ces mots, nous allons aujourd'hui nous intéresser à ceux qui peuvent s'écrire avec ou sans E.

    La lettre E étant souvent muette en français, elle apparaît ou disparaît des mots du langage populaire comme par enchantement. On peut ainsi citer quelques verbes pouvant s'écrire avec ou sans E inséré à dans le corps du mot : On peut se CALETER ou se CALTER (fuir), CLAMECER ou CLAMSER (v.i., mourir), verbe qui peut aussi s'écrire CLAMPSER. De la même façon on peut MOUFETER ou MOUFTER (v.i. protester), CAFETER ou CAFTER (v.t. dénoncer). On peut payer sa baguette de pain avec un BIFFETON ou un BIFTON (fafiot, billet de banque, quoi...) mais certainement pas avec un BIFFTON ! En revanche le simple soldat peut familièrement s'écrire GRIFTON ou GRIFFTON (mais non GRIFFETON !) ou encore GRIVETON... Quand l'électricité vient à manquer on peut allumer une CALBOMBE ou une CALEBOMBE (bougie). Les femmes aussi peuvent porter un CALECIF ou un CALCIF (pantalon).

    Le E peut également se montrer ou disparaître en fin de mot, parfois avec certaines différences en tête ou dans le corps du vocable : avez-vous vu ce GUS, ce GUSS, ce GUSSE ? Qui peut se transformer en GUGUS, GUGUSS ou GUGUSSE... Sans parler de son cousin, ce drôle de ZIG ou ZIGUE, ainsi que tous ses composés formant un pronom personnel : MEZIG ou MEZIGUE, TEZIG ou TEZIGUE, CEZIG ou CEZIGUE, SEZIG ou SEZIGUE. Autres exemples : MANIP ou MANIPE (manipulation), PERM ou PERME (permission, pour un militaire), BAROUF ou BAROUFE ou encore BAROUFLE (vacarme) et tout le TOUTIM ou TOUTIME (inv., tout le reste). Plus on est de fous, plus on rit ? C'est sans doute pour cela que l'ODS accepte aussi bien le SCHNOCK que le CHNOQUE ou le SCHNOQUE, ou encore le SINOC comme le SINOQUE ou le CINOQUE. On peut se faire couper les TIFS ou les TIFFES, avant de participer à un RIF (combat) ou RIFFE ou RIFFLE. Celui qui meurt de faim est un MORFAL ou MORFALE (le verbe morfaler v.t. existe aussi), tandis que le POCHTRON ou POCHETRON est plutôt porté sur la boisson. En cas de pluie n'essayez pas de jouer au MARIOL (ou MARIOLE ou MARIOLLE), et n'oubliez pas votre PEBROC ou PEBROQUE (riflard, parapluie...). Bon, on va arrêter là pour aujourd'hui, on n'est pas là pour faire du RAB ni du RABE...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :