• OBÉCHÉ

     

    L'obéché est un grand arbre de la forêt tropicale d'Afrique, que l'on trouve notamment au Nigéria, au Ghana, au Cameroun ou en Côte d'Ivoire (où il est connu sous le nom de samba). Cet arbre, qui peut atteindre 55 mètres de haut, est parfois appelé "érable africain". Il produit un bois léger, jaune clair et très tendre. Ce bois, résistant aux chocs mais peu durable, est utilisé en menuiserie légère, caisserie, modélisme ou encore pour fabriquer du contreplaqué.

    Le mot obéché vient d'une langue du Nigéria.

    Pour le scrabbleur : ce mot, qui peut servir de rallonge sur BÊCHE, peut lui-même être rallongé avec un B initial pour former BOBÈCHE (disque recueillant la cire d'une bougie). OBÉCHÉ ne possède pas d'anagramme, au singulier comme au pluriel. En 7+1, OBÉCHÉS scrabble sur chacune des lettres du mot BROU, pour former respectivement : BOBÈCHES, BROCHÉES, COHOBÉES, et BOUCHÉES.


    votre commentaire
  •  

    CHASSOIR

     

    Un chassoir (ou chasse) est un outil servant au tonnelier pour enfoncer, ou chasser les cercles sur la futaille. "Chasser un cercle", en tonnellerie, consiste à le frapper jusqu'à ce qu'il soit descendu à l'endroit qu'il doit occuper sur le tonneau. Le chassoir est le plus souvent une sorte de coin renforcé par des cercles de fer et terminé à l'une de ses extrémités par une gorge transversale qui vient se caler sur le chant du cercle.

    Ce mot, construit sur chasser, est apparu au XVe siècle.

    Pour le scrabbleur : ce mot, que l'on peut décomposer en CHOIRAS + S, n'a pas d'anagramme. Outre son pluriel, il ne permet que trois rajouts en 8+1, qui sont tous des formes conjuguées : CHOISIRAS, CHROMISAS et CRASHIONS.


    votre commentaire
  •  

    GRÉMIL

     

    Le grémil est une plante dicotylédone communément appelée "herbe aux perles" car ses fruits (divisés en 4 akènes), très durs, ont un aspect de porcelaine. Ses feuilles de forme oblongue sont épaisses et poilues. Ses fleurs, en cyme, sont bleues ou blanches selon les espèces. Cette plante possède des vertus diurétiques, elle permet notamment de lutter contre l'inflammation des reins ou de la vessie et d'éliminer les calculs.

    Le nom de cette plante est formé par la contraction de grès et mil.

    Pour le scrabbleur : GRÉMIL ne possède pas d'anagramme. Au singulier, ce mot permet trois rajouts en 6+1 : hormis sont pluriel, il faut aussi penser à LIMOGER et à GRÉMIAL (étoffe qui était posée sur les genoux d'un évêque). En revanche le pluriel GRÉMILS n'autorise qu'un seul et unique rajout en 8+1 : GLOMÉRIS (sorte de cloporte).

     

     


    2 commentaires
  • TIRAGE

     

     

    AEGIOQU : Un tirage d'un abord fort peu sympathique, qui ne donne aucun scrabble sec en sept lettres, mais qui en revanche permet de former 5 scrabbles de huit lettres sur cinq lettres d'appui distinctes. Comme nous allons le voir, les solutions sont sélectives, issues principalement d'un vocabulaire peu courant. Toutes commencent soit par un A, soit par un O. La richesse des rallonges réalisables sur ces mots est également à souligner.

    + G = AGOGIQUE : Cet adjectif employé en musique qualifie ce qui modifie passagèrement le tempo. Notons que ce mot peut être prolongé antérieurement, pour former ANAGOGIQUE (anagogie = interprétation mystique des Écritures) et APAGOGIQUE (apagogie = raisonnement par l'absurde). Deux benjamins - beaucoup plus connus - sont également possibles : DÉM- et PÉD-. Pour ceux qui veulent briller en société, citons enfin la rallonge HYPN- (l'adjectif ainsi formé qualifie ce qui concerne l'endormissement).

    + LALOGIQUE :  Contraire aux lois de la logique. 7 rallonges possibles dont je ne citerai ici que les plus courtes : AN-, DI- et les benjamins MET- et PAR-.

    + M = OGAMIQUE : S'orthographie aussi OGHAMIQUE. Adjectif se rapportant à l'OGAM ou OGHAM, la plus ancienne écriture celtique connue. Cet adjectif (écrit sans H) permet lui aussi plusieurs rallonges remarquables : EX-, END-, MON- et (cerise sur le gâteau) CRYPT-.

    + N = AGONIQUE :  Entré dans l'ODS 7, synonyme de agonisant. Ce mot a une anagramme lorsqu'il est au pluriel : AGNOSIQUE. Un benjamin est possible, pour former ANTAGONIQUE.

    + R = ORGIAQUE : Relatif aux orgies. Signalons les dérivés ORGIASME (célébration des orgies dans le culte de Dionysos) et ORGIASTE (celui qui s'adonne à ces fêtes).

     

    Pour terminer, voici quelques 7 + 2 à trouver à partir de ce tirage (solutions en commentaire) :

    1) AEGIOQU + CN =

    2) AEGIOQU + DN =

    3) AEGIOQU + IM =

    4) AEGIOQU + LR =

    5) AEGIOQU + LT =

    6) AEGIOQU + NR =

    7) AEGIOQU + RT =

     


    1 commentaire
  •  

    CIPAILLE  /  CIPAYE

     

    Le cipaille est un plat traditionnel de la cuisine québécoise, se composant à l'origine d'un mélange de gibier et de pommes de terre étendu sur des couches de pâte. Aujourd'hui, le gibier est souvent remplacé par de la viande de boeuf ou de porc. Ce mot serait une déformation de "six-pâtes" (ce mets comportant normalement six couches de pâte) ou peut-être de l'anglais "sea-pie". CIPAILLE n'a pas d'anagramme ; il peut être décomposé en PIAILLE + C.

    Le cipaye est un ancien soldat indien au service d'une armée occidentale, à l'époque coloniale. Le même nom désigne aussi, actuellement, un fantassin de l'armée indienne. En 1857 eut lieu la révolte des cipayes : les soldats indiens refusèrent en effet d'employer des cartouches suspectées de contenir des graisses animales. Le mot vient du persan sipahi "cavalier" également à l'origine du mot spahi. Tout comme son homonyme ci-dessus, CIPAYE n'a pas d'anagramme. Notons que le tirage ACEIPSY ne permet de scrabbler que sur un A, pour former CAPEYAIS.


    1 commentaire
  •  

    MÉNOPOME

     

    La (ou le) ménopome est une salamandre aquatique du sud-est des Etats-Unis (Appalaches). Elle vit dans des eaux claires et rocheuses ne dépassant pas 20°C (ruisseaux et torrents de montagne). Sa taille peut varier de 30 à 75 cm. Son dos est brun, son ventre plus clair ; sa peau est plissée, ce qui lui permet de mieux respirer. Ses branchies restent ouvertes en permanence. Cet animal, nocturne et carnivore, se nourrit de vers, mollusques, écrevisses ou autres petits poissons. La ponte se compose de 300 à 400 oeufs déposés dans les crevasses des rives et gardés par le mâle.

    Le mot est emprunté au latin zoologique menopoma, du grec menein "rester" et pôma "couvercle". Notons que de nombreux ouvrages présentent ce mot comme étant de genre masculin, d'autres optant pour le féminin.

    Pour le scrabbleur : ce mot de huit lettres n'a pas d'anagramme. Il ne peut se décomposer en 7+1, et n'offre pour seul rajout en 8+1 que son pluriel.


    votre commentaire
  • JUIN

     

    Nous voilà donc au mois de juin, le sixième de l'année, le dernier du printemps, et qui marque le début de l'été... celui où les étals de nos marchés prennent de si belles couleurs avec les fruits et légumes de saison.

    J'allais, tout imprégné du charme odorant, du charme vivant, du charme palpitant des bois attiédis par le grand soleil de juin (Maupassant, Contes et nouvelles).

    Mais d'où vient donc le nom de ce mois, dérivé du latin junius ? Pour le Dictionnaire Historique de la Langue Française, la réponse n'est pas aussi évidente qu'il n'y paraît et à la source, l'étymologie demeurerait pour le moins contestée :

    "On a évoqué le nom de L. Junius Brutus, premier consul romain et l'un des fondateurs de la République (origine mentionnée avec certitude par plusieurs ouvrages, dont le dictionnaire de l'Académie Française et le Petit Larousse). On y a aussi vu le dérivé de Juno (Junon), nom d'une déesse italique, plus tard assimilée à Hera et sans doute à rattacher à la racine qui a donné en latin juvenis (=> jeune) exprimant la force physique et la jeunesse dans sa plénitude".

    Quoi qu'il en soit, je souhaite à chacun un très bon mois de juin, en espérant que le soleil brillera enfin !

     


    votre commentaire
  • TIRAGE

     

    AEHOPRS  :  Le tirage d'aujourd'hui ne permet de former aucun scrabble sec avec ces seules sept lettres. En revanche il permet 8 scrabbles de huit lettres, sur six lettres d'appui distinctes. Examinons ces possibilités.

     

    + CCHOPERAS / POCHERAS  :  Pas de problème sur ce binôme conjugué. Notons que le verbe CHOPPER (avec deux P) est intransitif. Il signifie "trébucher".

    + DRHAPSODE  : Dans la Grèce antique, chanteur épique ambulant. Ce mot peut aussi s'écrire RAPSODE.

    + IHARPOISE : Ce nom désigne un fer recourbé à l'extrémité d'un harpon.

    + M : AMORPHES / AMPHORES :  Un binôme classique...

    + PPROPHASE :  Il s'agit de la première phase de la division cellulaire.

    + T ÉPHORATS : Synonyme de ÉPHORIE.  En Grèce, ce mot désignait la charge, la dignité d'éphore (magistrat de Sparte).

     

    Voici enfin quelques 7+2 à trouver à partir de ce tirage (solutions en commentaire) :

    1) AEHOPRS + CM =

    2) AEHOPRS + DI  =

    3) AEHOPRS + EM =

    4) AEHOPRS + GI  =

    5) AEHOPRS + IM  =

    6) AEHOPRS + IT  =

    7) AEHOPRS + IU  =

     


    1 commentaire
  •  

     

    GÉMONIES

     

    Les gémonies étaient, à Rome, "l'escalier des gémissements" situé au flanc du Capitole, où on exposait publiquement les cadavres des suppliciés après leur strangulation (réalisée dans leur cellule), avant de les jeter dans le Tibre. Si ce nom a été donné à cet escalier, on peut imaginer que c'est peut-être la preuve que tous les condamnés n'étaient pas morts avant d'être exposés... Cette charmante coutume aurait commencé en 385 avant J.C. sous le dictateur Camille. De nos jours ce mot ne s'emploie que dans l'expression : vouer (qqn ou qqch) aux gémonies, ce qui signifie l'accabler publiquement de mépris, d'opprobre. Cette expression n'est attestée que depuis le début du XIXe.

    Ce mot, apparu en 1548, est un emprunt au latin gemoniae "gémissements", dérivé de gemere "gémir".

    Pour le scrabbleur, ce mot a pour anagramme GOMINÉES. En 8+1, il permet 8 rajouts dont 4 sur la lettre T, parmi lesquels une nouveauté de l'ODS 7 : GÉNOMISTE.  Il faut aussi penser, le cas échéant, à la rallonge pour transformer ce mot en HÉGÉMONIES.

     


    votre commentaire
  • AGATHOIS (E)

     

    Agde est une commune française située dans le département de l'Hérault, entre Béziers et Sète. Sa population compte actuellement 25.000 habitants, les Agathois. Située sur le littoral méditerranéen, à l'embouchure du fleuve Hérault, elle englobe la station balnéaire du Cap d'Agde. La ville fut fondée au VIe siècle avant J-C. par des Phocéens venus de Marseille. Agde est depuis l'Antiquité une ville portuaire, qui a longtemps vécu principalement de la pêche et de la viticulture avant de s'ouvrir au tourisme. La ville est riche par son patrimoine culturel et ses vestiges archéologiques, témoignant d'un glorieux passé.

    A leur arrivée les Grecs de Phocée ont donné à ce qui n'était alors qu'un cap rocheux le nom de Agathé Tyché, ce qui signifie "bonne fortune". Ce nom est ensuite devenu Agde en occitan.

    Pour le scrabbleur : AGATHOIS n'a pas d'anagramme. Il ne peut être décomposé en 7+1 que d'une seule façon : AGIOTAS + H. Le seul rajout possible en 8+1 est son féminin AGATHOISE.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires