•  

    ARÉOPAGE

     

    Le mot aréopage est emprunté au latin areopagus, lui-même dérivé du grec Areios pagos "colline d’Arès". Fils de Zeus et de Hera, Arès était le dieu de la guerre et de la destruction, dans la mythologie grecque. Il fut jugé pour le meurtre de Halirrhotios, après que ce dernier eût violé sa fille Alcippe. Le jugement eut lieu sur la colline d’Athènes à laquelle Arès donnera son nom, et il fut finalement acquitté. Le mot désignera alors le tribunal qui siégeait sur cette colline, située à l’ouest de l’Acropole et haute de 115 mètres. Ses membres sont appelés aréopagites.

    Depuis le début du XVIIIe siècle, le mot désigne toute assemblée de juges, de savants, d’artistes ou d’individus très compétents chargée de juger ou d’apprécier. Il est souvent employé de façon ironique : "Dans la salle à manger, l'aréopage était au complet. Papa occupait le centre. Notre mère tenait sa droite et le révérend fumait la pipe, à sa gauche. Au bas bout de la table, était plantée, toute raide, MlleLion. À l'autre, Alphonsine" Hervé Bazin, Vipère au poing (1948).

    La connaissance de l’étymologie de ce mot devrait permettre d’éviter le barbarisme "aéropage" malheureusement assez fréquent. ARÉOPAGE peut se décomposer en 7+1 : ARPÉGEA (ou PARÉAGE) + O. Il ne possède aucune anagramme et hormis son pluriel, ne permet qu’un seul rajout en 8+1 : PAGEOTERA. Il n'existe que 4 autres mots de moins de 10 lettres commençant par aréo- : ARÉOLE, ARÉOLAIRE ; ARÉOMÈTRE - ARÉOSTYLE.

     

     


    votre commentaire
  • Dans la Rome Antique, un aruspice (ou haruspice) était un prêtre qui prédisait l'avenir en examinant les entrailles des victimes de sacrifices, principalement des animaux... Ces devins d'origine étrusque, d'abord estimés et choyés par le Sénat romain, furent plus tard considérés le plus souvent comme des charlatans. Ainsi, Caton disait d'eux que "deux haruspices ne peuvent pas se regarder sans rire". Toutefois en Etrurie ils étaient d'origine noble et formaient une corporation spécialisée. Leur habit était composé d'un couvre-chef en peau ou en feutre qui était attaché au menton, car il était de très mauvais augure qu'il tombe durant une cérémonie !

    Ce mot nous vient du latin haruspex, composé de l'étrusque haru "entrailles" et de spicere "regarder, examiner".

    Pour le scrabbleur, ARUSPICE a pour anagramme PUCERAIS. On peut toutefois le décomposer de multiples façons, par exemple en PUCIERS + A, SAUCIER + P... En 8+1, mis à part la graphie HARUSPICE, tous les autres rajouts se terminent par un S. Pensez notamment à APIÉCEURS, PEAUCIERS, CAPRIQUES ou INAPERÇUS.


    votre commentaire
  •  

    La darique est une monnaie d'or royale des anciens Perses, plus précisément des Achéménides. Cette dynastie régna de 556 à 330 avant J.-C. sur un vaste empire qui s'étendit de la Libye jusqu'à l'actuel Pakistan, avant d'être finalement conquis par Alexandre le Grand. La darique (en grec, dareikos) tire son nom de Darios Ier, roi des Perses qui régna sur cet empire jusqu'en 486 av. J.-C. Darios se disait descendant de la dynastie, mais ce fait fut contesté par plusieurs des prétendants au trône, et lors de son avénement il dut faire face à de nombreux soulèvements...

    Au scrabble : DARIQUE a pour anagramme RADIQUE (adj., se dit d'une lésion provoquée par radiothérapie). Quand il est au pluriel il en a une autre, DISQUERA. En 7+1 il permet un total de 10 rajouts parmi lesquels ABDIQUER, ERADIQUE, PREDIQUA ou QUADRIGE, pour ne citer que ceux-là. Enfin, il compte pour seule rallonge antérieure un joli benjamin : PINDARIQUE (de Pindare, poète grec).


    votre commentaire
  •  

    Élée est une ancienne ville d'Italie (Lucanie) qui abrita une école philosophique dont les membres s'appelaient les éléates. Le plus connu d'entre eux fut Parménide (fin du VIe - milieu du Ve avant J.C.). La seule oeuvre connue de ce philospohe est un poème didactique intitulé "De la Nature". Pour lui, "l'être est, le non-être n'est pas" et il met l'accent sur la distinction entre la Vérité (qui découle de la raison) et la Doxa (l'opinion). Parménide croit en l'existence d'un être absolu à l'origine du monde mais il juge l'homme incapable de concevoir cela car il est limité dans sa pensée. Il aura une influence décisive sur Platon. Quant à son discipline Zénon, autre membre de l'école éléatique, il est considéré comme l'inventeur de la dialectique.

    Pour le scrabbleur : ÉLÉATE a pour seule anagramme ÉTALÉE, tandis que ÉLÉATIQUE et ÉLÉATISME n'en ont pas. Le tirage AEEELST permet en outre 17 rajouts en 8 + 1 sur 10 lettres d'appui distinctes, parmi lesquels SÉLÉNATE, TÉLÉASTE ou ÉTALEUSE.


    votre commentaire
  •  

    Un épulon est un prêtre qui, dans la Rome antique, avait pour fonction d'organiser les banquets sacrés. Les épulons formaient un des quatre grands collèges sacerdotaux, qui fut fondé en 196 av. J.-C. Leur nombre varia de trois (à l'origine) jusqu'à dix, pour former finalement une assemblée de sept prêtres (septemviri epulones). Si le banquet offert à Jupiter constitua son rôle principal, le collège des épulons fut par la suite chargé de préparer la plupart des banquets publics lors des fêtes. Il compta souvent parmi ses membres des princes de la maison impériale.

    Le mot vient du latin epulo, de epulum "repas".

    Pour le scrabbleur, ÉPULON est un mot intéressant qui ne possède d'anagramme ni au singulier, ni au pluriel. En 7 + 1, parmi les huit rajouts possibles citons ÉPULONS + E = ENSOUPLE, + M = PULMONÉS, + N = NONUPLES ou encore + T = OPULENTS.


    votre commentaire
  • FAUCRE

     

    Un faucre est un crochet fixé sur le côté droit des armures (sous le bras) afin de soutenir la lance en arrêt pour la maintenir horizontale. Ce support de fer ou parfois d'osier qui pouvait être à charnière ou arrêt ferme, était vissé sur la cuirasse.

    "Alors le garçon se fâcha ; il met la lance sur le faucre, et l'un contre l'autre s'élancent sans défi et sans discussion. Fer tranchant et lance de frêne avait chacun à son poignet" (Perceval ou le Conte du Graal - Chrétien de Troyes - v. 1180)

    Le mot, écrit jadis faultre, fautre (XIIe-XIIIe siècle) est selon le Robert, dérivé du germanique filz, felt "feutre". Pour Littré, le mot vient du latin fulcrum "appui".

    Pour le scrabbleur : ce mot n'a pas d'anagramme au singulier, et en compte une au pluriel : SURFACE. En outre, FAUCRES permet, en 7+1, 9 rajouts de 8 lettres sur 5 lettres d'appui distinctes.


    votre commentaire
  •  

     

    GÉMONIES

     

    Les gémonies étaient, à Rome, "l'escalier des gémissements" situé au flanc du Capitole, où on exposait publiquement les cadavres des suppliciés après leur strangulation (réalisée dans leur cellule), avant de les jeter dans le Tibre. Si ce nom a été donné à cet escalier, on peut imaginer que c'est peut-être la preuve que tous les condamnés n'étaient pas morts avant d'être exposés... Cette charmante coutume aurait commencé en 385 avant J.C. sous le dictateur Camille. De nos jours ce mot ne s'emploie que dans l'expression : vouer (qqn ou qqch) aux gémonies, ce qui signifie l'accabler publiquement de mépris, d'opprobre. Cette expression n'est attestée que depuis le début du XIXe.

    Ce mot, apparu en 1548, est un emprunt au latin gemoniae "gémissements", dérivé de gemere "gémir".

    Pour le scrabbleur, ce mot a pour anagramme GOMINÉES. En 8+1, il permet 8 rajouts dont 4 sur la lettre T, parmi lesquels une nouveauté de l'ODS 7 : GÉNOMISTE.  Il faut aussi penser, le cas échéant, à la rallonge pour transformer ce mot en HÉGÉMONIES.

     


    votre commentaire
  •  

    Un guèbre est un adepte du zoroastrisme, religion de l'Iran ancien fondée par Zarathushtra (VIIe siècle avant J-C). Le dieu principal en est Ahura-Mazdâ (mazdâh signifiant "sage" en avestique). Celui-ci se partagerait le monde avec Ahriman, qui représente le Mal. Cette religion dualiste sera pratiquée en Perse jusqu'à l'arrivée de l'Islam. Le zoroastrisme découle de la réforme du mazdéisme ancien (avec lequel il est souvent confondu), qui lui, est résolument polythéiste. C'est une autre réforme plus tardive qui aurait transformé le zoroastrisme en religion monothéiste.

    Le mot guèbre, vieilli selon le Robert, vient du persan gabr "adorateur du feu".

    Pour le scrabbleur : le mot GUÈBRE ne possède aucune anagramme ni au singulier, ni au pluriel. Le tirage BEEGRSU offre en outre la possibilité de former 6 scrabbles de huit lettres, sur les six lettres d'appui suivantes : A (AUBERGES) - E (GERBEUSE) - I (BRIGUÉES) - M (SUBMERGE) - O (SUBROGÉE) - R (GERBEURS).

     


    votre commentaire
  •  

    Une hélépole est une machine de guerre en forme de tour. Cet ouvrage en bois monté sur roues était utilisée par les Romains, leur permettant de combattre au niveau des remparts lorqu'ils assiégeaient une ville ou une forteresse. L'hélépole, ou "tour de siège", pouvait mesurer 40 mètres de hauteur.

    Le mot vient du grec helepolis, de heleîn "prendre" et polis "ville", donc littéralement : "preneur de cités"..

    Ce mot de huit lettres, qui peut être décomposé sous la forme PHLÉOLE + E, ne possède pas d'anagramme. Il n'accepte aucun rajout en 8 + 1 autre que son pluriel, et (pour l'anecdote) un seul 8 + 2 : PHELLOGÈNE...


    votre commentaire
  •  

    Une hydrie est un vase qui, dans la Grèce Antique, était utilisé pour puiser l'eau et la transporter. Ce récipient, à large panse et col étroit, est muni de trois anses, une verticale (la plus grande) pour verser et deux horizontales pour porter. Les femmes de l'Antiquité sont souvent représentées avec une hydrie sur la tête ou sur l'épaule.

    Le mot vient du latin hydria, lui-même emprunté au grec hudria "vase pour l'eau", dérivé de la racine grecque hudôr "eau".

    Pour le scrabbleur, HYDRIE (HYDRE + I) est un mot sans anagramme, ni au singulier ni au pluriel. Le pluriel HYDRIES permet de scrabbler en 7+1 sur un B (HYBRIDES) et sur un P (SYRPHIDÉ). Quant au tirage DEHIRY?, il donne 10 rajouts sur une lettre d'appui parmi lesquels DYARCHIE, HYDRAIRE, HYDRÉMIE, HYDRIQUE, SYRPHIDÉ ou THYROÏDE.

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Le laniste était, dans la Rome antique, le maître des gladiateurs, celui qui les recrutait, leur apprenait à combattre, les nourrissait, les fournissait en matériel. Il était donc un véritable chef de troupe, maître d'armes et instructeur. Mais le laniste pouvait aussi être propriétaire de ses gladiateurs... il était alors libre de les louer ou de les vendre pour des spectacles.

    Le mot vient du latin lanista, de même sens.

    Pour le scrabbleur, voici un mot de 7 lettres à 1 point qui compte pas moins de 7 anagrammes au singulier, et seulement trois au pluriel (LAISSENT, LIASSENT et LISSANTE). En outre il offre 64 possibilités de rajouts en 7+1, dont ALTAÏENS, nouvelle entrée de l'ODS 8.


    votre commentaire
  •  

    Un lituus est un bâton augural recourbé utilisé dans la Rome Antique, et d'origine étrusque. Il se termine par une crosse courbe, le lituus est d'ailleurs l'ancêtre de la crosse des évêques. Il était notamment employé par les haruspices, et servait par exemple au rite de la fondation des villes.  On le voit représenté sur divers objets antiques tels que pièces de monnaie, vases, stèles, statues... Toutefois ce mot a une autre signification, ignorée par l'ODS : il s'agit en effet aussi d'une longue trompette d'airain.

    On retrouve la racine de ce mot latin dans liturgie, du latin liturgia "service de Dieu, du culte", lui-même dérivé du grec leitourgia désignant un service public rendu au bien commun par les citoyens aisés.

    Un mot intéressant pour le scrabbleur qui ne sait pas trop quoi faire en présence de deux U... LITUUS est un des rares mots contenant deux U consécutifs. En voici la liste exhaustive : CONTINUUM - DUUMVIR - DUUMVIRAL,E - DUUMVIRAT - ENCLOUURE - NOUURE - STUUT ("truc" belge, entré dans l'ODS 8), VACUUM et, cerise sur le gâteau, le succulent WELTANSCHAUUNG (qui est un terme de philosophie...)

    Sachez que le tirage LITUUS + ? ne donne aucun scrabble sec et permet seulement deux scrabbles de huit lettres sur une lettre d'appui : STIMULUS et THULIUMS.


    votre commentaire
  •  

     

    Une méhalla est, en Afrique du Nord, une colonne de soldats en expédition.

    La méhalla était avant tout la tournée du souverain ou son représentant dans son royaume, pour contrôler l'arrière-pays qui lui échappait, consolider les liens d'allégeance, lever les impôts et au besoin, soumettre les tribus réfractaires. Mode de gouvernement original, elle était au XXVIIIe et au XIXe siècle, le principal instrument de surveillance de l'ensemble des sujets dispersés dans les régences nord-africaines, bien qu'elles accordaient, de plus en plus,  la priorité à la lever des impôts, à la fois symbole  et signe de la fidélité au pouvoir établi. (Introduction à l'étude de la solidarité à l'époque moderne, Tunisie du 15ème au 19ème siècles - Khalifa Chater).

    Il s'agit d'un mot arabe qui signifie, dans un parler populaire, "tout doucement"...

    Le mot MÉHALLA se décompose en MELLAH + A. Il ne possède pas d'anagramme. Avec les 7 lettres qui le composent on ne peut scrabbler que sur un S pour le mettre au pluriel. En outre, seulement deux mots de 9 lettres sont possibles en 7+2 : CHAMAILLE et MALHABILE.


    votre commentaire
  •  

    Dans l'ancienne Russie, un moujik était un homme de la campagne, un paysan de condition modeste. Le sens de ce mot a un peu évolué, il désigne à présent un homme de basse classe sociale. Il désigne aussi, péjorativement, un être rustre et ignorant.

    Un loup, poursuivi par un chasseur, rencontra un moujik qui revenait des champs, portant un sac et une chaîne à battre le blé. Alors le loup lui dit : Moujik, cache-moi ! les chasseurs me poursuivent. Le moujik eut pitié du loup, le cacha dans son sac, et le mit sur son épaule. (Contes et Fables, Léon Tolstoï)

    Le mot est un diminutif du russe mouj, "homme".

    Pour le scrabbleur, ce mot, intéressant car il compte deux lettres chères, n'a aucune anagramme et ne permet aucun rajout même en utilisant plusieurs lettres. Il n'est pas décomposable en 5+1 et contient un seul mot de 4 lettres : JOUI.


    votre commentaire
  •  

    Les Olmèques étaient un ancien peuple mexicain de l'époque préclassique, entre 1000 et 300 ans av. J.-C. Il semble que le foyer de cette civilisation se situait au sud du pays, et plus précisément autour du golfe du Mexique, dans l'Etat de Tabasco qui est proche du Guatemala. On trouve en effet dans cette région les vestiges du centre cérémoniel de la Venta (qui fut détruit par les Olmèques eux-mêmes) sur lequel est notamment érigée une tour en terre de 34 mètres de hauteur. On a retrouvé sur ce site des stèles et d'énormes têtes en basalte. La principale divinité de peuple, mi-homme, mi-félin au corps obèse, est souvent représentée sous forme de figurines. La société olmèque était apparemment très hiérarchisée, voire théocratique. Il semble que les Olmèques furent des précurseurs dans bien des domaines : architecture, sculpture, écriture, calendrier, astronomie, et même jeu de balle. Du reste, leur nom vient de l'aztèque et se traduit en gros par "hommes-caoutchouc" par référence au latex utilisé pour la confection de ces sphères ludiques.

    Pour le scrabbleur, OLMÈQUE est un mot sans anagramme susceptible d'offrir un scrabble qui peut s'avérer très cher. Au singulier, ce mot de sept lettres ne scrabble que sur un S pour le mettre au pluriel (qui peut être décomposé en SEMOULE + Q). En outre, OLMÈQUE permet de former 5 rajouts en 7+2 : AMERLOQUE, EMBOLIQUE, MÉLODIQUE, POLÉMIQUE et VOLÉMIQUE.

     


    1 commentaire
  •  

    Un patarin était un des membres du parti (Pataria) formé à Milan vers 1055 pour la réforme du clergé. Ce mouvement populaire et hostile au haut clergé adhéra à la réforme du pape Grégoire VII, qui apporta son soutien aux patarins contre l'archevêque de Milan. Le mouvement se dispersa vers 1075, mais cependant les vaudois et les cathares, se posant en réformateurs du clergé, se virent attribuer la même dénomination. "Patarin" devint synonyme de hérétique mais désigna plus spécialement les cathares d'Italie, dont le centre principal était à Milan.

    Le nom vient de l'italien patarino.

    Pour le scrabbleur : le mot PATARIN possède deux anagrammes lorsqu'il est au singulier : PARIANT et RAPINÂT, et deux également quand il est au pluriel : ASPIRANT et PARTISAN. Sur une lettre d'appui, PATARIN permet 15 rajouts en 7+1, essentiellement des formes conjuguées.


    votre commentaire
  • PROTOMÉ

     

    Un protomé est, en archéologie, un buste humain ou la partie antérieure d'un animal (réel ou fictif) utilisé comme motif décoratif. Les exemples les plus anciens proviennent du Moyen-Orient, où les Achéménides l'utilisaient en céramique, ou pour réaliser divers objets (tels que des vases à boire en forme de corne, dont la base est constituée d'un protomé d'animal) mais aussi en architecture, sur les chapiteaux des colonnes. Ce motif est apparu en Grèce au VIIe siècle avant J-C. On trouvera alors aussi des protomés sur des pièces de monnaie.

    Le mot vient du grec protomê "buste".

    Ce mot de ne possède pas d'anagramme, au singulier comme au pluriel. En 7+1, outre son pluriel sur un S, il ne permet que trois possibilités : deux sur un C (COMPORTE - COMPOTER) et une sur un E (PROTÉOME).

     


    votre commentaire
  •  

    Le mot raskol est russe (langue dans laquelle il s'écrit Раскол), il signifie "schisme" ou "dissidence". Il désigne plus particulièrement le schisme de l'Eglise orthodoxe russe né de l'opposition des traditionalistes aux réformes du patriarche Nikon au XVIIème siècle. Le raskol est donc constitué d'adeptes d'un christianisme pur et dur (appelés les "vieux croyants"), opposés à toute relecture des livres liturgiques; on les qualifierait aujourd'hui d'intégristes ou de fondamentalistes... Ils seront finalement condamnés pour hérésie et finiront brûlés (comme leur leader, Avvakoum) ou exilés, et ainsi réduits à la clandestinité. Le tableau ci-dessus montre l'arrestation d'une de ces hérétiques, la main levée montrant deux doigts (car la réforme préconisait de faire le signe de croix avec trois doigts au lieu de deux...).

    Pour les scrabbleurs : RASKOL peut se décomposer par exemple en KOLAS + R. Le tirage AKLORS? ne permet en sept lettres que le pluriel RASKOLS ; par contre sur une lettre d'appui il permet de scrabbler avec KILOVARS, KORTHALS, RELOOKAS ou SARAKOLÉ.


    1 commentaire
  •  

    Le samnite est un gladiateur de la Rome Antique. Il portait un casque à plumes et était armé d'un grand bouclier quadrangulaire et d'un glaive. Il tire son nom d'un peuple italique d'humeur belliqueuse qui était établi dans la région du Samnium (qui désignait alors la partie centrale montagneuse de l'Italie). Le peuple samnite résista longtemps à l'expansion de Rome, avant d'être vaincu vers 290 av JC. L'irrédantisme samnite persista cependant, ils s'allièrent à Hannibal ainsi qu'à certaines tribus gauloises dans leur rebellion lors de la guerre dite "sociale" mais furent définitivement écrasés par Rome en 82 av JC. C'est par analogie avec l'accoutrement et le caractère guerrier des Samnites que le nom fut donné à ces gladiateurs romains.

    Pour les scrabbleurs, il faut savoir que SAMNITE possède six anagrammes lorsqu'il est au singulier; en revanche au pluriel, il n'en compte que deux : MANTISSE (en math, partie décimale d'un logarithme) et STAMINÉS (staminé,e  adj : se dit d'une fleur qui ne possède que des étamines).


    2 commentaires
  •  

    Au féminin le mot sati désigne une veuve qui en Inde, s'immole en se jetant dans le bûcher crématoire de son époux, en témoignage de sa fidélité. Lorsqu'on l'emploie au masculin, sati désigne aussi ce sacrifice lui-même. Cette coutume hindoue, officiellement prohibée en 1829, se pratiquait souvent sous la pression familiale. On considérait que la veuve était responsable de la mort de son mari, car n'ayant pas su retenir l'âme de son époux, et que dès lors, elle portait malheur ! Malgré son interdiction, on compte encore de nos jours quelques cas isolés de satis.

    Ce mot est le féminin du mot sanskrit sat, "étant", "ce qui est", le premier que crie la veuve à la mort de son mari.

    Au scrabble, ce petit mot de 4 lettres peut être fort utile notamment pour certains coups techniques. Il compte 4 anagrammes : ASTI, SAIT, TAIS et TISA.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique